Vous avez dit : laïcité ?

Y a-t-il une place publique pour les religions ?

Quelques notes à partir de l’exposé du Père de Charentenay (Jésuite)

Auteur du livre « La religion excommuniée » (éditions chemins de dialogue, 2017)

La loi de séparation des églises et de l’état (1905) vise à préserver la liberté religieuse tout en évitant que l’un ou l’autre groupe religieux influe sur la loi civile : aucune communauté ne peut imposer sa loi.

Il faut distinguer trois espaces :

  • L’espace privé où il y a la liberté complète d’expression de la religion,
  • L’espace public (la vie publique) où s’exerce la liberté religieuse tant pour les individus que pour les groupes,
  • L’espace d’État où il y a liberté pour les usagers et neutralité pour les agents de l’état.

La démocratie doit entendre tous les points de vue, la loi civile se nourrit du débat ! Vouloir que la neutralité s’applique dans l’espace public reviendrait à refuser la liberté religieuse promue par la constitution. La loi de 1905 reste une boussole.